02 décembre 2021

Présentation du Grand Prix d’Arabie Saoudite de Formule 1 2021

Sables mouvants

Alpine F1 Team se rend en Arabie saoudite pour l’avant-dernière manche de la saison 2021 du Championnat du Monde FIA de Formule 1 et le tout premier Grand Prix organisé dans le pays. Notre directeur sportif Alan Permane évoque les défis inédits et uniques du circuit de la corniche de Djeddah alors que la campagne touche bientôt à sa fin.

L’équipe a conclu le dernier triple header avec une fantastique troisième place au Qatar. Comment analysez-vous ce week-end et ce résultat ?

C’était la conclusion idéale après l’enchaînement difficile de ces trois courses et cela a donné un énorme coup de pouce à l’équipe en piste et à nos deux sites pour la fin de cette longue saison. Nous avons réalisé un bon week-end à tous les postes de l’écurie et les deux pilotes étaient satisfaits des sensations de la voiture. Fernando semblait particulièrement content de sa monoplace et cela s’est vu avec son fantastique podium dimanche. Il l’attendait depuis longtemps et il le mérite après son beau retour jusqu’ici cette année. Esteban a également signé son meilleur résultat depuis la Hongrie et ses efforts pour ralentir la Red Bull ont démontré l’esprit d’équipe qui anime cette écurie. En fin de compte, nous pouvons aborder les deux dernières épreuves avec confiance pour viser de gros points sur chacune d’entre elles et sceller notre cinquième place au Championnat Constructeurs face à Alpha Tauri.

Un circuit totalement inédit nous attend en Arabie saoudite. Comment l’équipe s’est-elle préparée pour Djeddah ?

Comme pour tout circuit, nous avons utilisé nos outils de simulation pour optimiser les réglages de la voiture avant d’arriver à Djeddah. Les deux pilotes se sont familiarisés avec le tracé au simulateur. Les qualifications et la course se disputeront sous les projecteurs en soirée. Cela ajoute une autre dimension pour les ingénieurs comme les EL1 et EL3 se dérouleront en journée, bien que tardivement. Nous affronterons donc des températures très différentes au fil des séances. Nous semblions plutôt solides dans des conditions similaires au Qatar, donc nous chercherons à reprendre sur notre lancée d’il y a deux semaines.

La piste est présentée comme le circuit urbain le plus rapide au monde. Quels défis cela apportera-t-il ?

Le tracé a l’air excitant et offrira un sacré défi pour les pilotes. Comme il s’agit d’un circuit en ville, il y aura probablement des murs au lieu des zones de dégagement, ce qui rajoutera de la pression. Comme toujours, les pneumatiques joueront un grand rôle et il sera crucial d’adapter les voitures tout en découvrant la piste et son impact sur les pneus vendredi pour réussir son week-end. Malgré notre belle prestation au Qatar, nous devons réaliser un week-end régulier et l’objectif sera d’obtenir notre troisième double arrivée dans les points d’affilée.

Rester concentrés

Esteban Ocon a inscrit dix points pour contribuer à la performance fantastique de l’équipe lors de la course précédente au Qatar. Le Français est désormais focalisé sur les deux dernières épreuves du calendrier, en commençant par une visite dans les rues de Djeddah pour le Grand Prix d’Arabie saoudite ce week-end.

Comment vous préparez-vous pour un nouveau circuit ?

Ce sera intéressant de se rendre pour la première fois en Arabie saoudite pour y découvrir un autre circuit inédit. C’est toujours une expérience passionnante, comme nous l’avons vu au Qatar. J’espère que Djeddah nous réussira autant que Losail et que nous serons compétitifs. La préparation est la clé pour entrer dans le rythme sur de nouvelles pistes. L’équipe a travaillé dur sur les simulations afin de tout comprendre du mieux possible et nous avons passé une bonne journée au simulateur pour prendre le pouls du circuit et éviter toute surprise une fois sur place. J’aime ce genre de tracés fous, comme Bakou par exemple. Tout est poussé à l’extrême et je pense que ce sera amusant.

Que savez-vous du circuit de la corniche de Djeddah ?

Le circuit semble assez exigeant comme c’est une piste urbaine rapide où les murs sont toujours proches. C’est extrêmement rythmé, avec beaucoup d’enchaînements de chicanes et de courbes rapides nous laissant peu de répit. Avec autant de virages et de contraintes, les ingénieurs seront mis au défi pour trouver les meilleurs compromis de réglages sur la voiture. Le tour est assez long, donc je crois que ce sera aussi très physique et il sera important de rester concentrés durant la course.

Comment vous sentiez-vous après la belle performance de l’écurie au Qatar ?

J’étais très heureux de contribuer à l’excellente prestation de l’équipe au Qatar. C’était génial de voir Fernando sur le podium. Il a été exceptionnel cette année et c’est un plaisir d’être son équipier et de travailler avec lui pour aller chercher ensemble ces résultats. Une chose est néanmoins claire : la saison ne se terminera qu’au drapeau à damier à Abu Dhabi. Nous sommes bien placés pour prendre la cinquième place du championnat, mais nous savons que tout peut arriver en course et nous restons donc prêts à saisir la moindre opportunité. L’équipe et moi sommes motivés pour finir la saison avec les deux voitures dans les points lors des deux prochaines courses.

Retour sur le podium

Fernando Alonso arrive en Arabie saoudite dans la foulée de son 98e podium en Formule 1 acquis au Grand Prix du Qatar disputé il y a deux semaines. Son attention se porte maintenant sur le Royaume d’Arabie saoudite pour le premier week-end de course de l’histoire à Djeddah.

Maintenant que la poussière est retombée sur le Qatar, que pensez-vous du 98e podium de votre carrière ?

C’était incroyable. L’équipe méritait ce résultat et nous avons tout exécuté du mieux possible du vendredi au dimanche. Nous sommes très bien partis en course et nous avons bataillé avec la Red Bull de Sergio Perez dès que la hiérarchie s’est stabilisée. Tout le monde a parfaitement rempli son rôle, des arrêts aux stands à la stratégie, sans oublier Esteban, qui s’est battu comme un lion en piste. Nous avons attaqué comme jamais pour sceller cette troisième place. Cela faisait longtemps que je courais derrière un podium depuis la Hongrie en 2014, donc c’était vraiment agréable d’y faire mon retour. C’est le premier avec Alpine et j’espère que nous pourrons nous appuyer dessus pour les deux dernières épreuves de la saison, mais aussi l’an prochain. C’était également très important dans la bataille pour la cinquième position au Championnat Constructeurs et un excellent résultat collectif même si nous devons rester sur nos gardes.

Vous n’avez jamais roulé à Djeddah auparavant. À quoi vous attendez-vous ?

Ce sera une expérience inédite pour tout le monde sur la grille. De ce que j’ai vu avec l’équipe, ce sera un circuit très rapide. Je crois qu’il est encore trop tôt pour faire des comparaisons, donc il faudra peut-être me reposer la question après quelques tours vendredi. Comme pour chaque nouveau tracé, vous devez préparer minutieusement le week-end et analyser chaque détail. Nous avons déjà visité des pistes inédites cette année, donc nous avons une idée des sujets à surveiller même si cette situation peut réserver de nombreuses surprises. On ne sait jamais ce qui peut arriver, mais nous espérons connaître à nouveau un bon week-end.

Aimez-vous courir de nuit en Formule 1 ?

Oui, cela procure des sensations spéciales. J’ai été au Mans et dans d’autres catégories où il est normal de courir de nuit. Vous devez toutefois vous rappeler qu’il fut un temps où nous n’avions pas de courses nocturnes en F1 et vous ne vouliez pas voir la luminosité diminuer le dimanche comme cela signifiait l’arrêt des épreuves. Au Qatar, j’ai dit à l’équipe que j’aurais pu piloter toute la nuit et même jusqu’au matin s’ils m’avaient mis assez d’essence. Nous avons maintenant beaucoup de courses de nuit. C’est devenu une part importante de la F1 et ce serait étrange de ne plus en avoir. Cela vous fait réfléchir sur ce qu’il peut se passer d’ici une dizaine d’années et que nous ne pensons pas encore possible. Ce sport évolue sans cesse en piste et en dehors, donc il sera passionnant de découvrir les prochaines innovations de notre monde.

Zhou et Piastri lancent le sprint final pour le titre en F2 à Djeddah

Le trio de l’Alpine Academy formé par Guanyu Zhou, Oscar Piastri et Christian Lundgaard se rend à Djeddah pour la dernière ligne droite de la saison en Championnat FIA de Formule 2.

À deux rendez-vous du dénouement, la couronne semble promise à Oscar ou Zhou, qui ont tous deux confirmé leur avenir en Formule 1 dès l’an prochain. En parallèle, Christian voudra conclure sa campagne avec ART Grand Prix en beauté avant sa première saison en IndyCar.

Lors de l’épreuve précédente à Sotchi (Russie), Oscar avait consolidé son avance au classement général en s’imposant dans la course principale. Zhou était remonté en sixième position après un tête-à-queue en début de week-end tandis que Christian était entré par deux fois dans les points.

Décrit par les pilotes de l’Alpine Academy comme « un Silverstone avec des murs » et « un Monaco plus rapide », Zhou et Oscar tenteront de conquérir le circuit de la corniche de Djeddah pour faire un premier pas vers le titre en Formule 2.

J’ai hâte de reprendre le volant. La pause a été longue depuis Sotchi, donc cela fera déjà du bien de retrouver la piste dans un premier temps. C’est un nouveau circuit pour tous et il a l’air unique et différent de tous les autres. C’est un tracé urbain, mais il est extrêmement rapide avec quelques éléments rappelant Silverstone. Cela devrait être un week-end passionnant sur le plan de l’apprentissage. Concernant la course, je ne sais pas à quel point il sera propice aux dépassements. Deux rendez-vous consécutifs nous attendent et je n’ai qu’un objectif en tête : le championnat. Prema et moi ferons en sorte de démarrer sur les chapeaux de roues.

Oscar Piastri

Cela fait longtemps que nous n’avons plus eu de week-end de course en Formule 2, donc c’est très excitant d’en avoir deux d’affilée pour finir la saison. J’ai déjà roulé sur cette piste au simulateur et elle me fait penser à un Monaco plus rapide ou à un Silverstone avec des murs. Cela s’annonce vraiment cool, surtout sous les projecteurs en qualifications. Ce sera un défi inédit pour tout le monde.

Guanyu Zhou

J’ai hâte. J’ai passé quelques jours à la maison pour découvrir le circuit sur le jeu vidéo de la F1. C’est très rapide. Les limites de piste en vigueur seront intéressantes comme nous suivrons la F1 après la pause en F2. Il y a déjà eu beaucoup de discussions sur ce sujet et sur les batailles rapprochées. Il faudra voir comment ils comptent s’attaquer à ce problème à Djeddah. De mon point de vue, nous n’avons rien à perdre compte tenu de notre saison jusqu’à présent. Il nous reste deux rendez-vous, mon avenir est assuré, donc autant foncer ! Je pense que le circuit ressemblera un peu à celui de Bakou, un tracé urbain à haute vitesse avec des virages rapides. Une piste assurément piégeuse avec les murs aussi proches, mais une piste également grisante. Je suis gonflé à bloc !

Christian Lundgaard

 

Pneumatiques

Durs, C2 (blanc)

Esteban : 2

Fernando : 2

Médiums, C3 (jaune)

Esteban : 3

Fernando : 3

Tendres, C4 (rouge)

Esteban : 8

Fernando : 8

Adoption de la plateforme de certification Blockchain de Wiztopic

Dans le but de sécuriser sa communication, Renault Group certifie ses documents avec Wiztrust depuis le 20 Février 2020. Vous pouvez en vérifier l'authenticité sur le site wiztrust.com.

Contacts presse

Retrouvez ici les dossiers de photos et vidéos correspondants à nos dernières actualités

Document

A propos de Renault Group

Retrouvez ici les dossiers de photos et vidéos correspondants à nos dernières actualités

Newsalert
Pour recevoir en temps réel nos actualités, inscrivez-vous à nos alertes et sélectionnez vos préférences. 
pagebuilder.components.cta.text